Préoccupations courantes au sujet de l’immunothérapie anti-allergique

Fermer

Il est important de bien tout savoir avant d’envisager une immunothérapie anti-allergique. La plupart des préoccupations courantes sont décrites ci-dessous, mais vous devez toujours parler des options de traitement pour votre allergie avec votre médecin.

  • Je m’inquiète des effets secondaires de l’immunothérapie

    Si l’immunothérapie s’est révélée hautement efficace dans le traitement de la cause sous-jacente des allergies, de nombreuses personnes développent des effets secondaires.

    Si vous recevez l'immunothérapie sous la forme de gouttes ou de comprimés, les effets secondaires les plus fréquents peuvent inclure démangeaisons et gonflement de la langue, de la bouche et des lèvres. Ces effets sont légers et bien tolérés par la plupart des sujets, et ne nécessitent pas de médicament ou d’ajustement de la dose du traitement.

    Vous pouvez envisager d’utiliser un médicament anti-allergique (par ex. un antihistaminique) jusqu’à ce que les symptômes disparaissent, habituellement en une ou deux semaines. Il est généralement recommandé de prendre votre première dose d’immunothérapie orale sous surveillance médicale de façon à pouvoir parler des éventuels effets secondaires et actions à prendre avec votre médecin. Si vous recevez l’immunothérapie sous forme d’injections, les effets secondaires les plus fréquents sont les démangeaisons et une rougeur au niveau du site d’injection. Certaines personnes peuvent développer un gonflement et une sensibilité localisés 8 à 12 heures après l’injection. De la glace est appliquée sur la région enflée pour soulager la gêne. Si ces réactions localisées peuvent être gênantes, elles ne sont généralement pas graves.

    Une fois que vous avez reçu vos injections, vous devez normalement patienter 30 minutes au cabinet de votre médecin pour déceler une éventuelle réaction allergique. Vous devez signaler toute réaction, aussi mineure soit-elle, au médecin administrant l’injection afin qu’il puisse la documenter correctement.

  • Je ne suis pas sûr que l’immunothérapie soit le traitement qu’il me faut

    L’immunothérapie est une forme de traitement qui vise à soulager les symptômes dus aux allergènes tels que le pollen, les moisissures, les animaux domestiques, les blattes, les acariens, les abeilles et les fourmis de feu. Il s’agit du seul traitement anti-allergique médicalement prouvé qui peut réduire les symptômes allergiques de façon définitive et prévenir le développement de nouvelles allergies et de l’asthme. Les résultats sont visibles dès 2-6 mois après avoir atteint la phase d'entretien.

    L’immunothérapie est généralement adaptée aux personnes souffrant de symptômes modérés à sévères, présents pendant plus de 1-3 mois chaque année. L’immunothérapie peut également être administrée aux personnes qui ne tolèrent pas ou ne répondent pas aux médicaments symptomatiques, ou qui ne peuvent pas facilement éviter les allergènes. Vous pouvez tester votre allergie et surveiller vos symptômes au fil du temps pour déterminer la sévérité de votre allergie. Notez que les tests ne peuvent pas remplacer une consultation chez votre médecin.

    Votre médecin examinera les résultats de vos tests cutanés ou sanguins et déterminera les déclencheurs allergiques à sélectionner pour l’immunothérapie ainsi que la fréquence de vos visites.

    L’immunothérapie est normalement recommandée pendant 3 à 5 ans pour en tirer le bénéfice maximal, mais la durée du traitement est déterminée par votre médecin.

  • Il est difficile d’intégrer l'immunothérapie dans mon planning chargé

    L’immunothérapie est un engagement et peut être difficile à intégrer dans un planning chargé. Vous pouvez trouver le traitement peu pratique et vous demander s’il en vaut vraiment la peine car cela demande beaucoup de temps et peut nécessiter des mois avant de commencer à agir. Mais la clé du succès est d’être patient et d’observer le programme d’injections qui vous a été prescrit.

    En cas de planning chargé, votre médecin devra gérer les conflits. Manquer une ou deux injections programmées ne devrait pas affecter l’issue à long terme de votre traitement. Mais n’oubliez pas que le mieux vous observez votre traitement, le plus tôt que tirerez bénéfice de votre immunothérapie.

    Découvrez les différents modes d’administration à la page des options de traitement et parlez-en avec votre médecin pour déterminer la plus adaptée à votre cas. En règle générale, on peut dire que l’immunothérapie sous forme de comprimés et de gouttes peut être administrée à domicile, alors que les personnes qui débutent une immunothérapie par injections ont 1 à 2 visites par semaine jusqu’à la phase d’entretien. Pendant la phase d’entretien, les rendez-vous sont moins fréquents, à savoir toutes les 4 à 8 semaines.

  • J’ai peur des aiguilles et crains que les injections soient douloureuses

    De nombreuses personnes, et en particulier les enfants, ont peur de l’immunothérapie à cause des aiguilles et de la crainte que les injections soient douloureuses. Il existe différents modes d’administration de l’immunothérapie.

    Découvrez les différents modes d’administration à la page des options de traitement et parlez-en avec votre médecin pour déterminer la plus adaptée à votre cas.

    L’immunothérapie sous forme de gouttes et de comprimés peut être auto-administrée quotidiennement à la maison.

    Si vous et votre médecin optez pour les injections anti-allergiques, sachez qu’elles entraînent peu de gêne car elles ne sont pas pratiquées dans le muscle comme les vaccins mais sous la peau (en sous-cutané) du haut du bras avec une aiguille très fine. Les injections anti-allergiques peuvent provoquer des démangeaisons au niveau du site d’injection, mais ces symptômes sont généralement indolores.

Comment puis-je vivre avec une allergie?

- a bien été ajouté à votre mur

Collectez les informations que vous jugez intéressantes à un seul endroit. Vous pouvez imprimer les informations que vous sauvegardez sur votre mur et les emporter à votre prochaine consultation chez le médecin.

Continuer la lecture Aller à Mon mur